Article du SNEPAP-FSU sur la manifestation Justice

mardi 22 mars 2011
par  webmestre
popularité : 84%

MANIFESTATION DU SPIP DE COTE-D ’OR

Le SNEPAP s’est joint à la manifestation du 10 Février 2011 qui a réuni les Conseillers d’Insertion et de Probation, les magistrats, les personnels de justice et les surveillants suite à l’émotion suscitée par les événements récents de Pornic.

Le SPIP de Cote-d’Or s’est montré indigné par la mise en cause par la plus haute autorité de l’ État du Service Pénitentiaire d’ Insertion et de Probation de Loire Atlantique et s’est mobilisé pour manifester un soutien sans faille à leurs collègues de Nantes.

Une profonde réforme des pratiques est initiée au sein de l’ Administration pénitentiaire depuis 2007, en particulier les diagnostics a visée criminologique, les groupes de parole et la segmentation qui nécessitent des formations particulières. Le SPIP doit faire face à une explosion de lois et mesures qui se surajoutent à une prise en charge déjà importante de dossiers et de tâches et qui croît sans limite.

Or, l’évolution n’a pas été accompagnée par une évolution de l’exécution des peines.

Le SPIP de Cote-d’Or en 2010 a enregistré 1980 mesures en milieu ouvert, et un flux de 75 %, et 605 écrous en milieu fermé, avec un nombre de 673 sorties à la maison d’arrêt de Dijon, le flux est de 100%.

Face à cela, le personnel est :
- de 16 personnel d’insertion , soit 14,60 postes équivalents-temps plein en milieu ouvert et un ration de 125 dossiers par conseiller Pénitentiaire d’ Insertion et de Probation
- 4 personnels d’insertion et de probation en milieu fermé, soit un ratio de 150 dossiers.

Les tâches du SPIP ne se résument pas à la prise en charge individuelle et collective des personnes, les conditions en sont difficiles, les dossiers sont incomplets et les pièces essentielles sont souvent manquantes tels que les jugements ou le casier judiciaire du fait de la surcharge des services de justice, eux aussi confrontés à la pénurie. Elles comprennent aussi les nombreuses tâches transversales, le temps consacré aux réunions du service, les réunions institutionnelles avec les partenaires, les permanences délocalisées, les permanences au service, les écrits et rapports pour aménagements de peine et l’information que le SPIP doit donner aux magistrats.

Nous ne disposons pas des moyens nécessaires et du temps pour instruire les nouvelles procédures découlant de la loi pénitentiaire du 24-11-2009.

Dans les mêmes conditions et le même manque de moyens et d’appui que le SPIP de Loire Atlantique, tous les SPIP auraient pu être mis en cause de la même façon que les collègues de Nantes.

Martine VAIDELAUSKAS
Secrétaire régionale.


Contact

FSU 21

45 Rue Parmentier
21000 Dijon

Tél : 03 80 70 14 47
Mél : fsu21@fsu.fr

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois